On fait un test

Icono IDevice Chapitre 16: On fait un test

Ce matin, on ne va pas à l’école, mais ce n’est pas chouette, parce qu’on doit aller au
dispensaire se faire examiner, pour voir si on n’est pas malades et si on n’est pas fous.
En classe, on nous avait donné à chacun un papier que nous devions apporter à nos
papas et à nos mamans, expliquant qu’on devait aller au dispensaire, avec nos
certificats de vaccin, nos mamans et nos carnets scolaires. La maîtresse nous a dit
qu’on nous ferait passer un « test ». Un test, c’est quand on vous fait faire des petits
dessins pour voir si vous n’êtes pas fous.
Quand je suis arrivé au dispensaire avec ma maman, Rufus, Geoffroy, Eudes, Alceste
étaient déjà là, et ils ne rigolaient pas. Il faut dire que les maisons des docteurs, moi,
ça m’a toujours fait peur. C’est tout blanc et ça sent les médicaments. Les copains
étaient là avec leurs mamans, sauf Geoffroy, qui a un papa très riche, et qui est venu
avec Albert, le chauffeur de son papa. Et puis, Clotaire, Maixent, Joachim et Agnan

sont arrivés avec leurs mamans, et Agnan il faisait un drôle de bruit en pleurant. Une
dame très gentille, habillée en blanc, a appelé les mamans et elle leur a pris les
certificats de vaccin, et elle a dit que le docteur nous recevrait bientôt, qu’on ne
s’impatiente pas. Nous, on n’était pas du tout impatients. Les mamans ont commencé
à parler entre elles et à nous passer la main sur les cheveux en disant qu’on était
drôlement mignons. Le chauffeur de Geoffroy est sorti frotter sa grosse voiture noire.
— Le mien, disait la maman de Rufus, j’ai toutes les peines du monde à le faire
manger; il est très nerveux.
— Ce n’est pas comme le mien, a dit la maman d’Alceste, c’est quand il ne mange pas
qu’il est nerveux.
— Moi, disait la maman de Clotaire, je trouve qu’on les fait trop travailler à l’école.
C’est de la folie ; le mien ne peut pas suivre. De mon temps...
— Oh ! je ne sais pas, a dit la maman d’Agnan, le mien, chère madame, a beaucoup
de facilité; ça dépend des enfants, bien sûr. Agnan, situ ne cesses pas de pleurer, tu
auras une fessée devant tout le monde!
— Il a peut-être de la facilité, chère madame, a répondu la maman de Clotaire, mais il
semble que le pauvre petit n’est pas très équilibré, non ?
La maman d’Agnan, ça ne lui a pas plu ce qu’avait dit la maman de Clotaire, mais
avant qu’elle puisse répondre, la dame en blanc est venue, elle a dit qu’on allait
commencer et qu’on nous déshabille. Alors, Agnan a été malade. La maman d’Agnan
s’est mise à crier, la maman de Clotaire a rigolé et le docteur est arrivé.
— Qu’est-ce qui se passe? a dit le docteur. Ces matinées d’examen scolaire, c’est
toujours effroyable ! Du calme, les enfants, ou je vous ferai punir par vos professeurs.
Déshabillez-vous, et en vitesse !
On s’est déshabillés, et ça faisait un drôle d’effet d’être là tout nus devant tout le
monde. Chaque maman regardait les copains des autres mamans, et toutes les mamans
faisaient la tête que fait Maman quand elle va acheter du poisson et elle dit au
marchand que ce n’est pas frais.
— Bien, les enfants, a dit la dame en blanc, passez dans la pièce à côté ; le docteur va
vous examiner.
— Je ne veux pas quitter ma maman! a crié Agnan, qui n’était plus habillé qu’avec ses
lunettes.
— Bon, a dit la dame en blanc. Madame, vous pouvez entrer avec lui, mais essayez de
le calmer.
— Ah! pardon! a dit la maman de Clotaire, si cette dame peut entrer avec son fils, je
ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas entrer avec le mien
— Et moi, je veux qu’Albert vienne aussi! a crié Geoffroy.
— Toi, t’es un dingue ! a dit Eudes.
— Répète un peu, a dit Geoffroy; et Eudes lui a donné un coup de poing sur le nez.
— Albert! a crié Geoffroy, et le chauffeur est arrivé en courant, en même temps que le
docteur.
— C’est incroyable! a dit le docteur. Ça fait cinq minutes, il y en avait un qui était
malade, maintenant il y en a un qui saigne du nez; ce n’est pas un dispensaire, c’est un
champ de bataille!
— Ouais, a dit Albert, je suis responsable de cet enfant, au même titre que de la
voiture. J’aimerais les ramener tous les deux au patron sans égratignures. Compris?
Le docteur a regardé Albert, il a ouvert la bouche, il l’a refermée et il nous a fait
entrer dans son bureau, avec la maman d’Agnan.
Le docteur a commencé par nous peser.
— Allez, a dit le docteur, toi d’abord ; et il a montré Alceste, qui a demandé qu’on lui

laisse finir son petit pain au chocolat, puisqu’il n’avait plus de poches où le mettre. Le
docteur a poussé un soupir, et puis il m’a fait monter sur la balance et il a grondé
Joachim qui mettait le pied pour que j’aie l’air d’être plus lourd. Agnan ne voulait pas
se peser, mais sa maman lui a promis des tas de cadeaux, alors Agnan y est allé en
tremblant drôlement, et quand ça a été fini, il s’est jeté dans les bras de sa maman en
pleurant. Rufus et Clotaire ont voulu se peser ensemble pour rigoler, et pendant que le
docteur était occupé à les gronder, Geoffroy a donné un coup de pied à Eudes pour se
venger du coup de poing sur le nez. Le docteur s’est mis en colère, il a dit qu’il en
avait assez, que si nous continuions à faire les guignols, il nous purgerait tous et qu’il
aurait dû devenir avocat comme son père le lui conseillait. Après, le docteur nous a
fait tirer la langue, il nous a écoutés dans la poitrine avec un appareil, et il nous a fait
tousser et il a grondé Alceste à cause des miettes.
Ensuite, le docteur nous a fait asseoir à une table, il nous a donné du papier et des
crayons et il nous a dit:
— Mes enfants, dessinez ce qui vous passe par la tête, et je vous préviens, le premier
qui fera le singe recevra une fessée dont il se souviendra!
— Essayez et j’appelle Albert! a crié Geoffroy.
— Dessine! a crié le docteur.
On s’est mis au travail. Moi, j’ai dessiné un gâteau au chocolat; Alceste, un cassoulet
toulousain. C’est lui qui me l’a dit, parce qu’on ne reconnaissait pas du premier coup.
Agnan, il a dessiné la carte de France avec les départements et les chefs-lieux; Eudes
et Maixent ont dessiné un cow-boy à cheval; Geoffroy a dessiné un château avec des
tas d’autos autour et il a écrit: « Ma maison » ; Clotaire n’a rien dessiné du tout parce
qu’il a dit qu’il n’avait pas été prévenu et qu’il n’avait rien préparé. Rufus, lui, a
dessiné Agnan tout nu et il a écrit: « Agnan est un chouchou. » Agnan l’a vu et il s’est
mis à pleurer et Eudes a crié: «M’sieu ! Maixent a copié! »C’était chouette, on parlait,
on rigolait, Agnan pleurait, Eudes et Maixent se battaient, et puis les mamans sont
venues avec Albert.
Quand nous sommes partis, le docteur était assis au bout de la table, sans rien dire et
en faisant de gros soupirs. La dame en blanc lui apportait un verre d’eau et des pilules,
et le docteur dessinait des revolvers.
Il est fou le docteur!