Le vase rose du salon

Icono IDevice Chapitre 5: Le vase rose du salon

J’étais à la maison, en train de jouer à la balle, quand, bing ! j’ai cassé le vase rose du
salon.
Maman est venue en courant et moi je me suis mis à pleurer.
— Nicolas! m’a dit Maman, tu sais qu’il est défendu de jouer à la balle dans la
maison! Regarde ce que tu as fait: tu as cassé le vase rose du salon! Ton père y tenait
beaucoup, à ce vase. Quand il viendra, tu lui avoueras ce que tu as fait, il te punira et
ce sera une bonne leçon pour toi!
Maman a ramassé les morceaux de vase qui étaient sur le tapis et elle est allée dans la
cuisine. Moi, j’ai continué à pleurer, parce qu’avec Papa, le vase, ça va faire des
histoires.
Papa est arrivé de son bureau, il s’est assis dans son fauteuil, il a ouvert son journal et
il s’est mis à lire. Maman m’a appelé dans la cuisine et elle m’a dit:
— Eh bien ? Tu lui as dit, à Papa, ce que tu as fait?
— Moi, je veux pas lui dire ! j’ai expliqué, et j’ai pleuré un bon coup.
— Ah! Nicolas, tu sais que je n’aime pas ça, m’a dit Maman. Il faut avoir du courage
dans la vie. Tu es un grand garçon, maintenant ; tu vas aller dans le salon et tout
avouer à Papa!
Chaque fois qu’on me dit que je suis un grand garçon, j’ai des ennuis, c’est vrai à la
fin! Mais comme Maman n’avait pas l’air de rigoler, je suis allé dans le salon.
— Papa... j’ai dit.
— Hmm? a dit Papa, qui a continué à lire son journal.
— J’ai cassé le vase rose du salon, j’ai dit très vite à Papa, et j’avais une grosse boule
dans la gorge.
— Hmm? a dit Papa, c’est très bien, mon chéri, va jouer.
Je suis retourné dans la cuisine drôlement content, et Maman m’a demandé:
— Tu as parlé à Papa?
— Oui, Maman, j’ai répondu.
— Et qu’est-ce qu’il t’a dit? m’a demandé Maman.
— Il m’a dit que c’était très bien, mon chéri, et que j’aille jouer, j’ai répondu.

Ça, ça ne lui a pas plu, à Maman. «Ça, par exemple ! » elle a dit, et puis elle est allée
dans le salon.
— Alors, a dit Maman, c’est comme ça que tu fais l’éducation du petit?
Papa a levé la tête de son journal l’air très étonné.
— Qu’est-ce que tu dis ? il a demandé.
— Ah! non, je t’en prie, ne fais pas l’innocent, a dit Maman. Evidemment, tu préfères
lire tranquillement ton journal, pendant que moi je m’occupe de la discipline.
— J’aimerais en effet, a dit Papa, lire tranquillement mon journal, mais il semble que
ce soit une chose impossible dans cette maison !
— Oh ! bien sûr, Monsieur aime prendre ses aises! Les pantoufles, le journal, et à moi
toutes les sales besognes ! a crié Maman. Et après, tu t’étonneras si ton fils devient un
dévoyé!
— Mais enfin, a crié Papa, que veux-tu que je fasse ? Que je fouette le gosse dès que
j’entre dans la maison?
— Tu refuses tes responsabilités, a dit Maman, ta famille ne t’intéresse guère
— Ça, par exemple ! a crié Papa, moi qui travaille comme un forcené, qui supporte la
mauvaise humeur de mon patron, qui me prive de bien des joies pour vous mettre, toi
et Nicolas, à l’abri du besoin...
— Je t’ai déjà dit de ne pas parler d’argent devant le petit ! a dit Maman.
— On me rend fou dans cette maison ! a crié Papa, mais ça va changer! Oh ! la la ! ça
va changer!
— Ma mère m’avait prévenue, a dit Maman; j’aurais dû l’écouter !
— Ah ! ta mère! Ça m’étonnait qu’elle ne soit pas encore arrivée dans la
conversation, ta mère! a dit Papa.
— Laisse ma mère tranquille, a crié Maman! Je t’interdis de parler de ma mère !
— Mais ce n’est pas moi qui... a dit Papa, et on a sonné à la porte.
C’était M. Blédurt, notre voisin.
— J’étais venu voir si tu voulais faire une partie de dames, il a dit à Papa.
— Vous tombez bien, monsieur Blédurt, a dit Maman; vous allez être juge de la
situation ! Ne pensez-vous pas qu’un père doit prendre une part active dans
l’éducation de son fils?
— Qu’est-ce qu’il en sait? Il n’a pas d’enfants! A dit Papa.
— Ce n’est pas une raison, a dit Maman : les dentistes n’ont jamais mal aux dents, ça
ne les empêche pas d’être dentistes !
— Et d’où as-tu sorti cette histoire que les dentistes n’ont jamais mal aux dents? a dit
Papa; tu me fais rigoler Et il s’est mis à rigoler.
— Vous voyez, vous voyez, monsieur Blédurt? Il se moque de moi! a crié Maman.
Au lieu de s’occuper de son fils, il fait de l’esprit Qu’en pensez-vous, monsieur
Blédurt?
— Pour les dames, a dit M. Blédurt, c’est fichu. Je m’en vais.
— Ah! non, a dit Maman; vous avez tenu à mettre votre grain de sel dans cette
conversation, vous resterez jusqu’au bout!
— Pas question, a dit Papa ; cet imbécile que personne n’a sonné n’a rien à faire ici !
Qu’il retourne dans sa niche !
— Ecoutez... a dit M. Blédurt.
— Oh ! vous, les hommes, tous pareils! a dit Maman. Vous vous tenez bien entre
vous! Et puis vous feriez mieux de rentrer chez vous, plutôt que d’écouter aux portes
de vos voisins !
— Eh bien, on jouera aux dames un autre jour, a dit M. Blédurt. Bonsoir. Au revoir,
Nicolas!

Et M. Blédurt est parti.
Moi, je n’aime pas quand Papa et Maman se disputent, mais ce que j’aime bien, c’est
quand ils se réconcilient. Et là, ça n’a pas raté. Maman s’est mise à pleurer, alors Papa
il a eu l’air embêté, il a dit : « Allons, allons, allons... » et puis il a embrassé Maman,
il a dit qu’il était une grosse brute, et Maman a dit qu’elle avait eu tort, et Papa a dit
que non, que c’était lui qui avait eu tort et ils se sont mis à rigoler, et ils se sont
embrassés, et ils m’ont embrassé, et ils m’ont dit que tout ça c’était pour rire, et
Maman a dit qu’elle allait faire des frites.
Le dîner a été très chouette, et tout le monde souriait drôlement et puis Papa a dit: «Tu
sais, chérie, je crois que nous avons été un peu injustes envers ce bon Blédurt. Je vais
lui téléphoner pour lui dire de venir prendre le café et jouer aux dames.»
M. Blédurt, quand il est venu, il se méfiait un peu. «Vous n’allez pas recommencer à
vous disputer, au moins ? », il a dit; mais Papa et Maman se sont mis à rigoler, ils
l’ont pris chacun par un bras et ils l’ont emmené dans le salon. Papa a mis le damier
sur la petite table, Maman a apporté le café et moi j’ai eu un canard.
Et puis, Papa a levé la tête, il a eu l’air tout étonné et il a dit: «Ça, par exemple !... Où
est donc passé le vase rose du salon ? »