2e mi-temps

Icono IDevice Chapitre 11: Deuxième mi-temps

1. Durant toute la semaine, les coups de téléphone entre le père de Nicolas et les
autres pères avaient eu pour résultat de modifier sensiblement l’équipe : Eudes passait
inter gauche et Geoffroy arrière. A l’issue d’une réunion des pères, plusieurs tactiques
avaient été mises au point. La principale consistait à marquer un but dans les
premières minutes, à jouer la défensive, puis profiter d’une contre-attaque et en
marquer un autre. Si les enfants suivaient à la lettre ces instructions, ils remporteraient
le match par 5 à 2, puisqu’ils menaient déjà par 3 à 2. Les pères (de Nicolas, de ses
amis et ceux de l’autre école) étaient au grand complet quand le match débuta, dans
une ambiance passionnée, à 16 h 03.

2. On n’entendait que les pères sur le terrain. Cela énerva les joueurs. Durant les
premières minutes, rien d’important ne se passa, si ce n’est un shoot de Rufus dans le
dos du père de Maixent et une gifle que Clotaire reçut de son père, pour avoir manqué
une passe. Joachim, qui était le capitaine à ce moment (il avait été décidé que tous les
joueurs seraient capitaines durant cinq minutes chacun), alla demander à l’arbitre de
bien vouloir faire évacuer le terrain. Clotaire ajouta que la gifle l’ayant commotionné,
il ne pouvait plus tenir son poste. Son père dit qu’il prendrait sa place. Ceux de l’autre
école protestèrent et dirent qu’ils prenaient leurs pères avec eux.
3. Un frémissement de plaisir parcourut les pères, qui tous enlevèrent leurs pardessus,
vestons, cache-nez et chapeaux. Ils se précipitèrent sur le terrain en demandant aux
enfants de faire attention et de ne pas trop s’approcher, qu’ils allaient leur montrer
comment on tripote un ballon.
4. Dès les premières minutes de ce match, opposant les pères des amis de Nicolas et
ceux de l’autre école, les fils furent vite fixés sur la façon dont on arrive à jouer au
football, et
5. décidèrent d’un commun accord d’aller chez Clotaire, voir « Sport-Dimanche » à la
télé.
6. Le match se déroulait avec, de part et d’autre, le souci d’envoyer de grands coups
de pied dans la balle, de façon à prouver qu’on pouvait marquer un but si le vent
contraire, dans tous les sens, n’était pas si gênant. A la 16e minute, un père de l’autre
école donna un grand coup de pied en direction d’un père qu’il espérait être un père
de l’autre école, mais qui, en réalité, était le père de Geoffroy. Celui-ci envoya un
coup de pied encore plus fort. Le ballon atterrit au milieu de quelques caisses, boîtes
de conserve et autres ferrailles, il fit entendre un bruit comparable à celui d’un ballon
qu’on dégonfle, mais continua de rebondir, grâce au ressort qui l’avait traversé de part
en part. Après trois secondes de discussion il fut décidé que le match continuerait, une
boîte de conserve
— pourquoi pas ? — tenant lieu de ballon.
7. A la 36e minute, le père de Rufus, en position d’arrière, arrêta la boîte de conserve,
qui se dirigeait en tournoyant vers sa lèvre supérieure. Comme il l’arrêta de la main,
l’arbitre (le frère d’un des pères de l’autre école, le père de Nicolas tenant la place
d’inter) siffla penalty. Malgré les protestations de certains joueurs (le père de Nicolas
et tous les pères des amis de Nicolas), le penalty fut tiré et le père de Clotaire, qui
jouait goal, ne put arrêter la boîte malgré un geste de dépit. Les pères de l’autre école
égalisaient donc et la marque était de 3 à 3.
8. Il restait quelques minutes à jouer. Les pères étaient inquiets quant à l’accueil que
leur réserveraient leurs fils s’ils perdaient le match. Le jeu, qui jusqu’alors avait été
mauvais, devint exécrable. Les pères de l’autre école jouaient la défense. Certains
posaient les deux pieds sur la boîte et empêchaient les autres de la prendre. Soudain,
le père de Rufus, qui est agent de police dans le civil, s’échappa. Dribblant deux pères
adverses, il se présenta seul devant le goal, shoota sèchement et envoya la boîte au
fond des filets.
Les pères de Nicolas et ses amis remportaient le match par 4 à 3.

9. Sur la photo de l’équipe gagnante, prise après le match, on reconnaît : debout, de
gauche à droite, les pères de Maixent, Rufus (le héros du match), Eudes (blessé à
l’oeil gauche), Geoffroy, Alceste. Assis, les pères de Joachim, Clotaire, Nicolas
(blessé à l’oeil gauche dans un choc avec le père de Eudes) et Agnan.