1ère mi-temps

Icono IDevice Chapitre 10: Première mi-temps

1. Hier après-midi, sur le terrain du terrain vague s’est déroulé un match de football
association entre une équipe d’une autre école et une équipe entraînée par le père de
Nicolas. Voici quelle était la composition de cette dernière : goal : Alceste ; arrières:
Eudes et Clotaire ; demis : Joachim, Rufus, Agnan; inter droit : Nicolas; avant-centre:
Geoffroy ; ailier gauche : Maixent. L’arbitre était le père de Nicolas.
2. Ainsi que vous l’avez lu, il n’y avait pas d’ailier droit, ni d’inter gauche. Le
manque d’effectifs avait obligé le père de Nicolas à adopter une tactique (mise au
point à l’ultime séance d’entraînement), qui consistait à jouer par contre-attaque.
Nicolas, dont le tempérament offensif est comparable à celui d’un Fontaine, et
Maixent, dont la finesse et le sens tactique rappellent Piantoni, devaient servir
Geoffroy, dont les qualités ne rappellent personne, mais qui a l’avantage de posséder
un équipement complet, ce qui est appréciable pour un avant-centre.
3. Le match débuta à 15 h 40 environ. A la première minute, à la suite d’un
cafouillage devant les buts, l’ailier gauche décocha un tir d’une telle puissance
qu’Alceste fut dans l’obligation d’effectuer un plongeon désespéré pour éviter le
ballon qui arrivait droit sur lui. Mais le but fut refusé, l’arbitre se rappelant que les
capitaines ne s’étaient pas serré la main.
4. A la cinquième minute, alors que le jeu se déroulait au milieu du terrain, un chien
dévora le casse-croûte d’Alceste, qui était pourtant enveloppé de trois feuilles de
papier et par trois ficelles (pas Alceste, le goûter). Cela porta un rude coup au moral
du gardien de but (et chacun sait combien le moral est important pour un goal), qui
encaissa un premier but à la septième minute...
5. Et un deuxième à la huitième... A la neuvième minute, Eudes, le capitaine, conseilla
à Alceste de jouer ailier gauche, Maixent le remplaçant dans les buts. (Ce qui, à notre
avis, est une erreur, Alceste est plutôt un demi offensif qu’un attaquant de
tempérament.)

6. A la quatorzième minute, une averse telle tomba sur le terrain que la plupart des
joueurs coururent se mettre à l’abri, Nicolas restant sur le terrain contre un joueur
adverse. Rien ne fut marqué durant cette période.
7. A la vingtième minute, Geoffroy, en position de demi droit ou d’inter gauche (peu
importe), dégagea son camp d’un shoot terrible.
8. A la même vingtième minute, M. Chapo allait rendre visite à sa mère-grand, qui
était grippée.
9. Le choc le déséquilibra et il pénétra chez les Chadefaut, brouillés avec lui depuis
vingt ans.
10. Il réapparut sur le terrain grâce à un chemin connu de lui seul probablement et
s’empara du ballon juste comme la remise en jeu allait avoir lieu.
11. Après cinq minutes de perplexité (ce qui nous amène à la vingt-cinquième
minute), le match reprit, une boîte de conserve remplaçant le ballon.
Aux vingt-sixième, vingt-septième, vingt-huitième minutes, Alceste, grâce à ses
dribbles, marqua trois buts (il est pratiquement impossible de prendre une boîte de
conserve de petits pois extrafins — même vide — à Alceste). L’équipe de Nicolas
menait par 3 à 2.
12. A la trentième minute, M. Chapo rapporta le ballon. (Sa mère-grand allait mieux
et il était d’excellente humeur.) Comme la boîte de conserve était inutile on la jeta.
13. A la trente et unième minute, Nicolas déborda la défense adverse, centra sur
Rufus, en position d’inter gauche (mais, comme il n’y avait pas d’inter gauche, il était
en position d’avant-centre), Rufus passa à Clotaire qui, par un shoot du gauche, prit
tout le monde à contre-pied et l’arbitre au creux de l’estomac. Celui-ci, d’une voix
sourde, expliqua aux deux capitaines que, le temps se couvrant, qu’une averse
menaçant et que le fond de l’air étant un peu frais, il vaudrait mieux jouer la deuxième
mi-temps la semaine prochaine.